Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SPONSORS

Transports JACQUES MARTIN

Garage DESRUOL
Charmes/Rhône

EUROMASTER - Valence

TRUCK & CAR SERVICES
Portes les Valence

Auto Pièces Valentinoise
Bourg les Valence

ETOILE DU RHONE
MERCEDES - VALENCE


D.P.I Informatique
Valence - Vienne


Coiffure Marie BROS
Portes les valence

Rechercher

6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 16:15

A la suite de notre visite chez le concessionnaire pour l'achat de notre nouveau caming-car, nous avons appris qu'une entrée d'eau avait eu lieu dans notre WELCOME 35 depuis longtemps et que l'ancien propriétaire nous l'avait cachée en fixant le lit de la capucine. Du coup, sur les conseils de Valence Caravane et ne voulant pas escroquer un futur acheteur, j'ai décidé de me pencher sur le problème.

 

On m'avait prévenu qu'il faudrait beaucoup de temps mais pas forcément beaucoup de matière. J'ai donc commencé par enlever complètement le lit de la capucine et je me suis trouvé devant ceci :

En apparence, rien de grave, c'était juste un peu mou au touché et il n'y avait aucune odeur particulière d'humidité.

 

Puis, j'ai commencé à soulever !

 Aie !!!

 

 Aie !!! Aieee !!

 

Une odeur de bois vermoulu a vite envahi le camping-car et je pouvais enlever la matière avec mes mains tellement le bois était pourri.

 

 

J'ai vite compris que l'entrée d'eau était à la jointure des tôles de la capucine et non à la fenêtre comme on me l'avait laissé entendre. Après quelques heures de grattage, voilà le coin prêt à être reconstruit :

 

 Encore un peu de nettoyage au diluant et on arrive à ça :

 

 

La reconstruction va pouvoir commencer, il y a déjà un premier cordon de silicone à la jointure des tôles. Ensuite, j'ai recouvert l'arête avec du scotch alu imputrécible de manière à ce qu'aucune éventuelle goute d'eau ne puisse s'infiltrer jusqu'au bois de la structure.

 

 

Pour étanchéifier complètement la tôle sur laquelle j'avais repéré un ou deux petits trous dùs à la pyrolise, j'ai recouvert entièrement la partie nue de la tôle de scotch américain pour faire une peau intérieure.

 

Puis, j'ai pu commencer à reconstruire la structure, le but étant de greffer sur les parties saines la nouvelle partie. Pour cela collage et vissage sont les solutions.

 

 

 

 

N'ayant pas de matière identique à la construction de base, (polystyrène collé entre deux plaques de contreplaqué), j'ai opté pour la mousse expansée. J'ai donc installé la partie supérieure du plancher dans lequel j'ai fait des trous pour injecter la mousse

 

 

Puis, j'ai injecté la mousse, à ce stade, il faut faire attention au gonflement car la mousse remplie 30 fois son volume initial et ça pousse fort !! J'ai eu un léger bombage du CP, ça a été juste mais finalement pas trop méchant.

 

Des champignons !

 

Cette mousse est une plaie à nettoyer ! Il ne faut pas trop en mettre.

La paroi latérale a été reconstruite de la même manière, ce n'est pas très compliqué mais long à faire car il y a beaucoup d'ajustement.

Ensuite, j'ai mastiqué les irrégularités et les jointures avec du syntho de carrossier. Il a fallu de l'huile de coude pour le ponçage, voilà le résultat de la structure entièrement reconstruite.

 

A ce stade, il ne restait plus qu'à mettre un revêtement. Bien sùr, impossible de retrouver le même que l'origine. Dans mon malheur, la chance a été que la majeure partie du chantier était cachée par le lit de capucine. J'ai donc opté pour la toile de verre, facile à poser et résultat très propre.

 

 

 

Puis un peu de peinture blanche.

 

Et remontage du lit

 

 

Voilà pour l'intérieur, mais il ne sert à rien de tout refaire si l'eau recommence son travail.

 

A l'extérieur, j'ai donc changé la totalité de la semelle prémastiquée du côté droit. Etant donné que cette semelle ne doit en aucun cas être coupée sous peine d'une nouvelle entrée d'eau, il faut la changer du pare-choc arriére jusqu'au bas de la porte de la cabine en passant par le toit et la capucine.

Il faut enlever le galon sur les profilés alu afin de voir les vis cruciformes qu'il va falloir dévisser (ll y en a une multitude). Après dévissage, il faut enlever les profilés sans les déformer, nettoyer toute la surface de collage de la semelle, l'installer et remettre les profilés. Une fois tout revissé, remettre un galon neuf qui évitera à l'eau d'aller au contact des vis et de les faire rouiller ou pire de rentrer dans la paroi.

Ce changement de semelle m'a pris une grosse journée de travail.

 

Enfin, pour sécuriser la tôle alu sous la capucine, j'ai mastiqué les deux petits trous de pyrolise et j'ai collé sur toute la surface un adhésif blanc (Vénilia par exemple). Cette opération n'est pas des plus simple car il ne faut pas laisser de bulle. Pour cela, il faut bien mouiller la surface et avec une spatule maroufler l'adhésif, c'est chaud mais on y arrive avec un peu de sueur !

 

Voilà, la réparation était terminée, cela m'a pris au moins 50 heures de boulot, par contre il y a relativement peu de matière à acheter comparer au travail qu'il y a. Mais, j'étais prévenu et je savais que le paramètre déterminant pour cette réparation était le temps et non la difficulté technique.

 

En vous souhaitant de ne jamais avoir à faire ceci.....

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

Zebulon 18/06/2007

Joli coup! Il m'arrive exactement la même misère! Maintenant, je vois mieux quoi faire, grâce à ton expérience généreusement partagée, enrichie d'images super. Merci!

Dan 05/06/2008

J'ai eu le même pb. Mais pour commader la semelle pré mastiquée on me demande si c'est profile simple ou double vissage. Qu'est-ce donc?

Claude 08/06/2009

Bonjour,Très beau travail en effet!!! Vraiment. Chapeau bas...Mais pourquoi avoir choisi du bois plutot que du mat de verre + résine poly?C'est facile et étanche...Cordialement,Claude

vic 23/02/2014

merci pour l info je doit reparer le mien